dimanche 3 septembre 2017

Mt 25, 1-13

Mt 25, 1-13
Lectures bibliques : Mt 7, 21-27 ; Mt 25, 1-13
Thématique : la parabole des dix jeunes filles
Prédication de Pascal LEEBVRE / Marmande, le 03/09/17 (reprise d’une prédication prononcée à Tonneins, le 13/09/15)
(Inspirée d’une méditation d’Anselm Grün)

On classe communément cette parabole dans le registre eschatologique. Elle est une image développée par Jésus pour nous parler des « choses dernières », de la venue d’un personnage - envoyé par Dieu - appelé le « Fils de l’homme » et d’un éventuel jugement dernier à la fin des temps. 

Elle représente une sorte d’allégorie sur l’attente prolongée du retour de Christ, qui nous appelle à veiller et à nous engager, en attendant la suite … car, selon Matthieu, notre vie ne se limite pas à notre existence terrestre, ici et maintenant. Nous devons, pendant notre existence ici-bas, nous mettre à l’écoute de l’Evangile, le mettre en pratique et veiller, pour être prêt quand viendra le grand jour du retour du Christ. 

C’était là ce que croyait beaucoup des premiers chrétiens … et cela même pendant des siècles.
Aujourd’hui, 2000 ans plus tard, si on interrogeait bon nombre de croyants, on s’apercevrait rapidement que cela ne correspond plus ni à notre manière de penser, ni à notre attente ou notre préoccupation. Nous ne pensons pas tous les jours au retour du Fils de l’homme… et peut-être même ne sommes nous plus dans cette attente.

Est-ce choquant ? Je ne le crois pas. 
Si ce texte est dans l’évangile de Matthieu, c’est que justement, déjà, à l’époque de Matthieu, cinquante ans après la mort de Jésus, l’espérance du retour du Christ était remise en question. 

Au départ, on croyait cette venue imminente… mais peu à peu…  comme cette attente s’est prolongée, sans se réaliser… beaucoup ont commencé à douter de cette venue… d’où cette exhortation que Matthieu met dans la bouche de Jésus, appelant les disciples à veiller en attendant la venue de l’époux, une image, une métaphore, pour le Messie, le Christ.

L’interprétation traditionnelle de cette parabole est la suivante : 
Dix jeunes filles (qui représentent la figure du croyant) se mettent en route avec leurs lampes pour aller chercher l’époux. Mais l’époux, le Christ, tarde à venir. Dès lors, la parabole opère une séparation entre deux catégories de jeunes filles, de croyants : 
Les « sages » qui y croient toujours et qui ont prévu la chose. Et les « insensées » qui n’ont pas anticipé ce retard. 

A l’époque de Matthieu, ces lampes, fichées sur une perche, des flambeaux, ne brulaient pas longtemps sans être rechargées. Il fallait sans cesse y remettre de l’huile. 
Quand à minuit, retentit le cri « voici le marié ! », elles veulent toutes préparer leurs lampes. Mais les « étourdies » s’aperçoivent qu’elles n’ont pas emporté de réserves d’huile : leurs lampes ne pourront brûler que très peu de temps. 

Selon certains exégètes, il est probable que les lampes des jeunes filles aient brûlé tout le temps écoulé de l’attente. Mais n’ayant pas suffisamment anticipé le retard de l’époux – ou n’y croyant plus – les étourdies se sont fait surprendre. Quand l’époux est enfin là, il est trop tard. Elles sont à sec. 

Dans cette interprétation classique, ce qui reproché aux jeunes femmes « étourdies » c’est de n’avoir pas prévu le retard de l’époux, c’est-à-dire le retour du Christ. 
Au contraire, les autres ont eu une foi persévérante. 

Il faut le dire… Cette interprétation n’est pas forcément très stimulante pour nous, car nous-mêmes sommes peut-être comme ces « insensées »… peut-être n’attendons-nous plus le retour imminent du Christ. 
Ce qui par ailleurs, ne nous empêche pas de croire en sa Parole et de mettre en pratique son Evangile… parce que nous croyons qu’il est juste et bon, porteur de vie et de promesses.

Il y a une autre interprétation qui me paraît plus intéressante. Selon certains exégètes, le défaut des « insensées » ne vient pas d’un manque d’anticipation, du fait qu’elles n’aient pas emporté suffisamment d’huile dans cette longue attente… mais vient, en réalité, du fait qu’elles n’avaient pas cette huile… soit qu’elles n’avaient pas cherché à en avoir, soit qu’elles n’avaient pas suffisamment fait de réserves d’huile pendant leur existence. 

Autrement dit, ce qui différencierait les vierges « avisées » des « étourdies » n’est pas une question de prévision et d’attente – puisque d’ailleurs, toutes finissent par s’endormir, dans la mort – mais une question de réserves d’huile qu’elles ont - ou non - faites durant leur existence. 

Vivant au jour le jour sans réfléchir, oubliant l’importance de la vie et de la volonté de Dieu, les « insensées, les folles » ont négligé la tâche de produire de l’huile. Elles ne sont pas fiables. 

Au contraire, les vierges sages et prudentes se sont préparées à cela. Elles ont fabriqué ou collectionné de l’huile tout au long de leur vie, au point d’en avoir assez – même après une longue attente – pour allumer leur torche et accueillir l’époux. Et ainsi, être reçues dans la salle de noces, pour faire la fête avec Lui. 

[Cette opposition entre sagesse « avisée » et folie, ou « étourderie », est caractéristique des paraboles de Jésus : nous avons « l'homme avisé » qui a construit sa maison sur le roc et « l'homme insensé » qui a bâti la sienne sur le sable (Mt 7,24-27). […]
Le mot grec phronimos, pour « sage, avisé », vient de phrènes, le diaphragme, l'intérieur de l'homme, la conscience, l'intelligence. 
Les jeunes filles « sages, sensées », sont celles qui se laissent guider par leur saine intuition, par leur bon sens. Chez Platon, l'homme avisé et réfléchi est toujours l'homme bon, alors que l'insensé est mauvais. Qui est réfléchi tourne son esprit vers le divin. 
Dans la parabole, les vierges folles sont celles qui ferment les yeux devant la réalité, alors que les vierges sages portent un regard juste sur la situation ; pour elles, la réalité extérieure est une image de la réalité intérieure, de leur relation à Dieu.] 

Reste à savoir ce que désigne cette huile que les jeunes femmes (les croyants) sont appelées à mettre en réserve, à emmagasiner, en vue de l’union avec l’époux, le Christ. 

Beaucoup de théologiens ont vu dans cette huile une image des bonnes œuvres qui doivent venir s’ajouter à la foi, représentée par la torche. 
En effet, dans l’évangile de Matthieu, la foi et les œuvres sont indissociables. Le croyant n’est pas seulement appelé à entendre les paroles de Jésus, mais aussi à les suivre, à les mettre en pratique au quotidien, dans le concret de l’existence. 
La foi est appelée à se manifester dans toute notre vie, pour mener une vie juste dans nos relations avec autrui, sinon cette foi n’est que religieuse ou spéculative, et sombre dans l’inconsistance.

Saint Augustin, de son côté, voit dans l’huile l’image de l’amour que nous sommes appelés à cultiver, à faire grandir en nous et autour de nous. Il interprète l’huile comme l’état d’esprit qui doit guider l’action du chrétien ; elle est une image de l’amour. 

C’est la raison pour laquelle, dans la parabole, les jeunes filles sages ne peuvent pas partager leur huile avec les vierges « étourdies » au moment où l’époux se présente : 
Ce n’est pas par égoïsme que les vierges « sages » refusent de donner de leur huile aux vierges « folles », mais c’est parce que cette huile ne peut pas se récolter pour autrui. C’est à chacun de la récolter, c’est à chacun de se laisser construire par l’amour… d’en donner, pour en recevoir. 

L’amour relève de l’être et non de l’avoir. 
On peut partager du pain, du vin, des biens matériels, des biens spirituels même, mais notre façon d’être, on ne peut pas l’imposer à d’autres. Chacun a la sienne et il en a la charge. 

Pour Augustin, donc, cette parabole nous exhorte à éveiller en nous l’amour qui s’y trouve déjà, mais dont nous nous sommes souvent coupés. 

Le chemin de la vie, c’est celui de l’amour que nous sommes appelés à cultiver… comme une huile précieuse, capable de nous nourrir, de nous éclairer et de guérir nos blessures. 

En d’autres termes, au moment décisif, au moment de faire le point sur sa vie, on ne peut pas s’en remettre à autrui. Chacun est libre et responsable de sa propre vie (et de ses choix). 
Celui qui vit dans l’insouciance et l’égoïsme risque de se retrouver les mains vides au moment crucial. 
Au contraire, celui qui cultive l’amour dans sa vie, récolte de l’huile, du combustible, pour allumer sa lampe et accueillir l’époux. 

Si tel est le cas… la réponse des vierges « avisées » qui invitent les  vierges « folles » à aller acheter de l’huile en magasin est à interpréter de façon ironique. 
En pleine nuit, les magasins sont fermés. On ne peut pas se procurer au dernier moment ce qu’on n’a pas cultivé en soi. 
L’amour n’est pas une marchandise. Il doit se développer en nous, et par un travail quotidien sur nous-même. Nous devons faire qu’il détermine peu à peu toutes nos actions. 

Bien évidemment, cette parabole exprime une sorte d’avertissement. 
Pour autant, il ne faut pas être manichéen. Il y a en chacun de nous une part de vierge prudente et de vierge folle. 
Il nous arrive, à certains moments, de vivre dans l’oisiveté et l’inconscience, de ne pas nous préoccuper du royaume et de la justice de Dieu. 
Mais, à d’autres moments de notre existence, il nous arrive aussi d’être attentif à la Parole de Dieu, de nous attacher à la mettre en pratique dans notre vie… d’essayer de progresser dans le chemin de l’amour : avec nos amis, notre famille, dans notre vie professionnelle, nos engagements associatifs, partout l’occasion nous est donné d’aimer, encore et toujours. 

Nous pouvons avancer et essayer tout au long de notre existence de vivre unifié… de vivre en paix avec Dieu, avec les autres et avec nous-mêmes… c’est le travail de toute une vie… de dépasser et de transformer nos zones d’ombre, d’abandonner les fausses images de nous-mêmes, de quitter nos peurs et nos replis, notre orgueil et notre égocentrisme, pour vivre libre, pour nous ouvrir à la confiance et aux autres, pour laisser Dieu nous transformer et accéder à une unification intérieure. 

* Conclusion : Pour conclure… que peut-on retenir de cette méditation ?

Il est possible que nous n’attendions plus le retour du Christ… mais ce texte de l’Evangile nous concerne et nous interpelle quand même. 

Bien entendu, ce texte peut être interprété comme une image du jugement dernier… mais il peut aussi être interprété – de façon plus simple – comme ce qui adviendra lors de notre mort.

Au seuil de notre existence, quand notre vie basculera de l’autre côté, une lumière d’amour et de vérité poindra sur nous … et toute la lumière sera faite sur notre vie : c’est une hypothèse que l’évangile nous soumet. 
Ce qui aura finalement compté dans notre existence vécue, ce sont tous les actes d’amour que nous aurons donnés et reçus. 

Ce qui accèdera à la noce du royaume, à l’unité avec le Christ, c’est ce qui aura été unifié par l’amour. Le reste ne subsistera pas. 

En d’autres termes, cette parabole nous appelle – à travers l’image de l’huile, de l’amour à cultiver – et de l’image de la rencontre avec le Christ, l’époux – à produire de l’huile et à l’emmagasiner. 

Bien évidement, cette huile si précieuse ne s’achète pas chez des marchands. Elle se trouve dans le don, le don de Dieu – de son amour – que nous sommes appelés à recevoir et à assimiler dans toutes les facettes de notre vie… et le don de soi – car l’amour ne s’économise pas. Pour en recevoir, il faut en donner (cf. Lc 6,38 ; Mt 7,7). Pour le produire, il faut s’engager corps et âme dans la vie avec les autres, il faut se risquer, donner de l’huile de coude. 

Finalement, cette parabole nous rappelle le but de notre vie : au bout du chemin, nous accéderons à notre vrai Soi, à l’unité avec Dieu, nous célébrerons la fête dans la joie. 

Cette parabole décrit le chemin qui nous y mène : non pas l’insouciance, la nonchalance et l’attente passive, mais l’engagement dans la vie et la persévérance, car pour produire de l’huile, il est souvent nécessaire de veiller, de faire des efforts : il faut savoir se concentrer sur l’essentiel, savoir extraire l’essentiel dans nos relations avec autrui… parfois laisser les choses se décanter… et finalement purifier notre cœur, pour en tirer une huile dorée et limpide.

C’est cette huile que nous sommes appelés à produire : une huile translucide… reflétant toutes les saveurs et les couleurs de l’amour de Dieu.

* Encore quelques mots…   Pour terminer, je vous fais entendre un petit texte de Mère Teresa. C’est un extrait que nous lisons parfois dans les cérémonies de bénédiction de mariage … qui s’intitule « les gouttes d’amour » :

« Ne vous imaginez pas que l’Amour, pour être vrai, doit être extraordinaire. Ce dont on a besoin, c’est de continuer à aimer. Comment une lampe brille-t-elle, si ce n’est pas par l’apport continuel de petites gouttes d’huile ?
Qu’il n’y ait plus de gouttes d’huile, il n’y aura plus de lumière, Et l’époux dira : « je ne te connais pas. »
Mes amis, que sont ces gouttes d’huile dans nos lampes ? 
Elles sont les petites choses de la vie de tous les jours ; La joie, la générosité, les petites paroles de bonté, L’humilité et la patience, Simplement aussi une pensée pour les autres, Notre manière de faire silence, d‘écouter, de regarder, de pardonner, De parler et d’agir. Voilà les véritables gouttes d’Amour qui font brûler toute une vie d’une vive flamme.
Ne cherchez donc pas Jésus au loin ; Il n’est pas que là-bas, il est en vous. Entretenez bien la lampe et vous le verrez. »

Amen.